Archives de Tag: Poutine

Nucléaire : pendant l’apocalypse les affaires continuent

Au moment même où la moitié du monde se demande quand il va falloir incurgiter les pillules d’iode et si cela sera suffisant pour s’éviter des dégénérescences cancéreuses nécessairements mortelles, la Russie (17/03) annonce un contrat de 9 milliards de dollars avec la Bielorussie pour la construction d’une centrale nucléaire à Kaliningrad opérationnelle en 2016.

L’article ci-après (en anglais) précise que la Russie ne compte pas se joindre au mouvement anti-nucléaire, bien au contraire, puisque sa stratégie est de construire un « front » de centrales le long des frontières de l’Europe afin d’alimenter en électricité (payante naturellement) les pays de l’UE qui, eux, auront renoncés à l’atome mais pas à leurs besoins en énergie… Lire la suite

Publicité

Poutine, le « sex-symbol » qui venait du froid…

Au moment où nous songeons tous à ressortir nos Damart Thermolactyl et autres pantoufles du bon Docteur Gevaert, les Ukrainiennes du mouvement féministe « FemDem » n’hésitent pas à se dénuder les seins. Pour qui, pour quoi ?

Mais pour l’ours de la taïga, le tigre de la steppe, j’ai nommé Vlad, Vladimir dit Poupou, le chéri des moscovites !L’ex-président devenu 1er Ministre (imaginez Super-Menteur en 1er Ministre de Sarko 1er …). Sauf que là la scène se passe hier à Kiev et que Poupou, en super VRP de Gazprom, est venu vendre sa salade au nouveau Président Viktor Ianoukovitch. Souvenez-vous qu’il y a deux ans les affaires avaient faillis très mal tourner entre l’ex-république soviètique et son ex- satellite Ukrainien au risque de priver l’occident (c’est à dire nous) de chauffage en plein hiver. L’Ukraine a, en février, changée de bord et retrouvée un gouvernement très pro-soviètique. Celà arrange bien les affaires de Poupou, car l’Ukraine est un passage obligé des Pipe-line gazoduc vers l’ouest y inclus la Mer Noire (le south stream). Poupou a d’ors et déja retrouvé un accord avec l’Ukraine pour maintenir, pendant 50 ans, sa flotte à Sébastopol sans laquelle il ne pouvait garantir la sécurité des approvisionnements. N’oublions pas que la Russie détiens plus du tiers des réserves mondiales de gaz ! Lire la suite