Jacky Baudouin

Fin novembre disparaissait brutalement Jacky Baudouin, a 65 ans, un de mes plus chers amis.

Nous nous étions connus en 1964, présentés par Philippe Demailly, et avions formés les fameux « Criquets » qui allaient écumer les galas et autres « dance floor », comme on dit maintenant, de l’ouest parisien jusqu’à la fin des sixties.

J’ai eu beaucoup de mal à écrire ce petit billet car sa mort m’a profondèment affectée. Après l’armée, en 1967, il avait continué la musique, alors que tous nous nous engagions dans une vie professionnelle plus ou moins interessante, jusqu’à ses 40 ans qu’il avait fixé comme ultime limite pour ses « extravagances ». J’ai été témoins et très souvent participant de toutes ses aventures musicales dont la plus notable fût « French-Cancan » en 76/77 un groupe de rock « réaliste »(au sens de la chanson réaliste). Parallèlement il fût, avec sa formidable épouse Lina, l’ami indéffectible de toutes mes propres galères.

Il laisse le souvenir d’un type au « coeur gros comme ça » chez qui il y avait toujours une place pour l’invité de dernière minute, d’un personnage haut en couleurs au caractère « entier », fan inoxidable de LedZep, et fin connaisseur de la scène rock française et internationale au sein desquelles il avait de nombreux amis.

C’était aussi le batteur le plus « fort » de Paris (au niveau décibels) et avec lui ce sont les derniers pans d’une jeunesse partagée formidable qui s’effilochent…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s