L’équipage du Titanic et le capitaine de pédalo sont dans un bateau…

L’ineffable Mosco a donc présenté l’équipe de campagne du candidat Hollande.

65 personnes ! A première vue ça ressemble à une armée mexicaine, à seconde vue aussi d’ailleurs car que croyez-vous que vont bien pouvoir faire d’ici Mai le « chargé de la mobilisation citoyenne » ou les trois « représentants particuliers » au nombre desquels l’ectoplasme Jack ? Rassurez-vous, rien ou pas grand chose. Dans une campagne présidentielle, le candidat à un emploi du temps surchargé entre déplacements en province, meetings, conférences, visites à l’étranger, travail sur les dossiers. Il est alimenté en notes depuis déja un certain temps mais le rythme s’intensifie encore, il doit être en mesure de répondre à des questions aussi stupides que « combien la France possède de sous-marins nucléaires » ou « quel est le taux à 10 ans des obligations grecques ce matin »…

Et c’est en fait à ça que sert une équipe de campagne : filtrer les innombrables demandes d’intervention des corps constitués, lobbys, syndicats et autres représentants de la société civile pour qui la campagne présidentielle représente une fenêtre de tir des plus opportunes pour tenter de faire prendre en compte leurs intérêts particuliers en échange de supposés votes favorable des récipiendaires. Aussi, d’alimenter le candidat en informations digérables remontées par les réseaux d’information (essentiellement de la Haute Administration) des  responsables thématiques.

L’armée mexicaine sert donc deux objectifs : médiatiquement faire la preuve que le PS est uni (tous courants et motions réunies et représentées) et isoler le candidat des sollicitations incessantes. On ne lui demande donc pas d’être créative, originale, neuve et populaire, simplement de savoir fermer les portes.

Le programme, ses contenus et orientations stratégiques, est défini par une équipe trés restreinte (moins d’une dizaine de personnes) de même que la réactivité à l’adversaire.

Compte tenu d’une situation de naufrage économique et financier que connait l’OCDE et tout particulièrement l’Europe -dont la France-, d’une situation géopolitique préoccupante -en particulier au moyen orient- la question peut se poser de savoir si l’équipe choisie est compétente pour fournir les réponses difficiles à cette crise systémique historique. Il suffit pour celà de s’intéresser au cursus des nominés et de lire leurs publications : je m’y attacherai lors de prochains billets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s